Thématique de l’atelier 2017

Les dégradations violentes qui ont touché certains éléments culturels ces dernières années en Méditerranée soulignent, pour les sociétés contemporaines, la vulnérabilité des monuments, des archives ou des cultures que les États, les organisations intergouvernementales ou les groupes associatifs ont voulu protéger sous les auspices du patrimoine culturel. Elles démontrent également que les critères d’historicité, d’exemplarité et d’authenticité, que la science ou les institutions culturelles utilisent pour distinguer ce qui doit être conservé, ne sont pas nécessairement partagés. Le patrimoine culturel peut ainsi entretenir des conflits qui opposent des conceptions du passé et des enjeux moraux entre différents projets politiques, qui orientent sensiblement le futur des sociétés. Pour autant, le champ des études sur le patrimoine montre que si la destruction du temple de Bel à Palmyre fonctionne bien comme un nouveau signe d’alerte des dangers qu’encourt le patrimoine en temps de guerre, la conscience patrimoniale s’est toujours nourrie d’une révélation des risques, de l’altération, de la disparition ou de la perte des biens, des rituels ou des savoirs qui devaient donner sens aux générations présentes et futures. Les sociétés des rivages méditerranéens fournissent de nombreux exemples de telles dynamiques, en tant que lieu de découverte, de circulation, d’échange des traces et des témoignages des civilisations diverses qui ont toujours été en contact. L’enjeu est alors double : d’une part, en reconnaissant la présence de la crise comme concept structurant du champ du patrimoine, il s’agit d’en dégager les modalités et les effets dans les pratiques et les discours, depuis les prémices historiques des usages du passé jusqu’aux expériences contemporaines internationales ; d’autre part, si le patrimoine culturel constitue bien un régime d’historicité singulier, il devient alors possible de décrire dans quels types de rapport au temps et au sens de l’histoire les sociétés et les groupes locaux s’inscrivent lorsqu’ils développent des activités patrimoniales. Penser le patrimoine culturel comme une représentation du temps nous permet alors de dépassionner les réactions vives qui suivent les destructions spectaculaires et d’écrire une histoire, une anthropologie ou une géographie plus sensibles et plus sereines des investissements, positifs ou négatifs, collectifs et individuels dont le patrimoine culturel — ou ses formes passées — est porteur depuis plusieurs siècles.