Thématique de l’atelier

L’atelier doctoral « Histoire(s) de la Méditerranée ou Histoire(s) en Méditerranée » propose un cadre international d’échanges et de questionnements analytiques et méthodologiques sur la Méditerranée. Il envisage d’interroger la manière dont les chercheurs abordent deux volets qui, en fait, reflètent la Méditerranée en tant qu’entité historique et géographique, en tant qu’objet d’historiographie, ou encore en tant que catégorie analytique.

De la Méditerranée de F. Braudel à la Méditerranée de P. Horden et N. Purcell, le questionnement a toujours porté sur la longue ou la courte durée, sur les rythmes ou les arythmies de l’Histoire, sur la vue d’ensemble et les micro-régions, sur le rapport entre géographie et histoire, le rôle des villes et leur évolution, les connectivités et les ruptures, le paysage urbain ou le paysage agricole et montagnard, la communication et les routes du commerce, le voyage terrestre et les voies maritimes, le mouvement des peuples, des produits, des idées dans l’histoire. L’atelier doctoral souhaite réunir des jeunes chercheurs pour qui la Méditerranée constitue un objet d’analyse majeur ou une catégorie analytique pertinente dans leur travail. Il s’adresse à tous les doctorants dont les recherches portent sur des questions d’Histoire(s) de la Méditerranée ou d’Histoire(s) en Méditerranée, et plus particulièrement en Méditerranée orientale, du XVe siècle à nos jours : conflits, mémoires et lieux de mémoire, questions de la diaspora, routes de commerce et routes d’idées, échanges et communication, échange des populations et migrations, métissages culturels, questions d’identité et pratiques d’identification, pratiques de gouvernement et de gouvernance. Il vise à réunir ces chercheurs au-delà des spécificités de leur sujet ou de leur approche historique. Les propositions peuvent donc appartenir à une ou plusieurs des approches suivantes : Histoire transnationale et histoire connectée, histoire de l’éducation, histoire maritime, histoire urbaine, histoire sociale, histoire rurale, histoire politique, histoire de la cartographie et représentations de l’espace, histoire littéraire et histoire des arts, transferts ou trans-faires socioculturels, histoire des intellectuels et histoire intellectuelle en Méditerranée, etc.

Quel que soit l’objet de recherche, les présentations doivent être centrées sur la question principale qui peut aussi être déclinée de la sorte : en ce qui concerne particulièrement les temps modernes, les diverses histoires en Méditerranée sont-elles vraiment des histoires façonnées par les spécificités de l’espace méditerranéen ? Ou bien, l’espace méditerranéen est-il construit et inventé à partir de ces histoires ? Quel pourrait donc être le rôle des individus, ou éventuellement aussi des évènements singuliers ?

La Méditerranée orientale se distingue-t-elle de la Méditerranée occidentale ? Elle ne fut cependant guère étudiée comme une entité de la même manière ou de la même intensité que la Méditerranée occidentale. Les orientations historiographiques reflètent-elles donc des orientations politiques, des stratégies géopolitiques, les priorités du moment ?

Cette semaine de formation est aussi l’occasion de travailler sur la question des archives en Méditerranée (écrites ou audiovisuelles, conservation et diffusion), des outils méthodologiques communs et du rôle des humanités numériques. Elle permet d’aborder des questions d’historiographie méditerranéenne, issues des sujets et des contenus de provenance très variable.