Conférence

L’histoire économique et sociale de la Méditerranée après Braudel

Brève esquisse

Christine Agriantoni, Professeur Emérite de l’Université de Thessalie, Mai 2016

La Méditerranée, personnifiée, est devenue sujet de l’histoire grâce à l’œuvre de Fernand Braudel, conçue dans les années 1930, publiée en 1949 et ayant depuis exercé une influence inégalée sur l’historiographie et pas seulement. Depuis, les études sur l’histoire de la Méditerranée ont foisonné, des centres de recherches et des revues spécialisés ont été créés. L’anthropologie a suivi à partir des années 1960, et même pris le devant par la suite, en recherchant les éléments culturels communs qui persistent, selon les anthropologues, en Méditerranée malgré la fragmentation de l’époque contemporaine, et témoignent de l’unité culturelle d’antan. Honor and shame (l’honneur et la pudeur) ont été considérés comme les valeurs par excellence méditerranéennes identifiées au début des années 1960 par John Peristiany, qui a aussi exercé une influence considérable.

Les études méditerranéennes des années 1970 et 1980, influencées également par l’autre grande œuvre de Braudel, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, s’intéressaient, dans le contexte du structuralisme de l’époque, aux grandes questions du type : système de production, appropriation des surplus, naissance du capitalisme, structures sociales, développement des marchés, organisation du travail. C’est en fonction de ces questions qu’ont été établies les thématiques du colloque international qu’avait organisé notre Fondation Nationale de la Recherche en 1983 ici même, avec la participation de quelques-uns des historiens français ou francophones de renom de l’époque comme Maurice Aymard, Ruggiero Romano et autres.

Comme l’a dit Colin Heywood, l’histoire méditerranéenne après Braudel a un double sens, l’historiographie de la Méditerranée après la parution de l’œuvre de Braudel, et l’histoire de la Méditerranée après le XVIe siècle – l’œuvre de Braudel s’achevant avec la trêve de 1580 et le désintéressement de Philippe II pour la Méditerranée. Pour des raisons que j’évoquerai un peu plus tard, la plus grande partie de l’historiographie méditerranéenne après Braudel s’est concentrée sur les mêmes périodes que lui aussi avait traitées, et aussi sur les époques antérieures. Il est intéressant de noter que, malgré ce foisonnement des études et de la recherche, pour un bon demi-siècle il n’y a pas eu de grande synthèse. La Méditerranée de Braudel ressemble à ces grandes forteresses autour desquels on voit apparaître des espaces vides, des no-man’s-lands qui demeurent pour longtemps désertiques. Le premier ouvrage synthétique a été celui dirigé par Jean Carpentier et François Lebrun, Histoire de la Méditerranée, paru en 1998, un livre que l’on pourrait caractériser de manuel, couvrant l’ensemble des périodes historiques de la préhistoire jusqu’à nos jours, avec des documents en annexe à chaque chapitre –une histoire politique surtout mais aussi économique sur les marges. A l’histoire politique exclusivement était dédiée une autre synthèse parue un peu plus tard, en 2006, celle de John Julius Norwich, A History of the Mediterranean.

En réalité, l’œuvre de Peregrine Holden et Nicholas Purcell, publiée en 2000, The Corrupting Sea, A Study of Mediterranean History, fut la première grande synthèse revendiquant l’héritage de Braudel (bien que les auteurs se disent persuadés que son influence s’efface) et se proposant de couvrir la période d’avant, c’est-à-dire de la préhistoire à l’an mil (cela a été en tous cas l’objectif initial, car en fait les auteurs se sont étendus jusqu’à la période moderne et même au-delà). Comme ils disent dans l’introduction à l’ouvrage, ils ont voulu voir si l’unité de la Méditerranée braudélienne existait dans les époques antérieures et en quels termes. Ils ont fait la distinction, reprise par d’autres auteurs par la suite, entre histoire dans la Méditerranée et histoire de la Méditerranée : tout ce qui se passe dans la Méditerranée n’est pas forcément histoire méditerranéenne, mais toute histoire de la Méditerranée doit présupposer la connaissance de l’ensemble de son environnement. On doit placer cette proposition dans le contexte des critiques déjà exprimées alors contre les excès du « mediterranéisme », à savoir de l’usage abusif du « cadre » méditerranéen par une multitude d’études qui n’avaient en réalité rien de spécialement méditerranéen. Horden et Purcell ont proposé que l’unité de la Méditerranée avant l’époque moderne pourrait être fondée sur une certaine conception de la dimension écologique (la « connectivité » des « micro-écologies ») et d’un régime distinct de la communication, notions qui englobent aussi bien la mer que les terres environnantes.

Je voudrais ouvrir ici une parenthèse pour dire deux mots sur cette contestation de l’usage de la Méditerranée comme cadre de référence; des interrogations sur le terme étaient déjà dans le vent soufflant sur l’historiographie au temps de ses différents « tournants » des années 1980 et 1990 (cultural, linguistic …), mais je crois que la critique la plus explicite à l’époque s’adressait surtout à l’anthropologie et provient de l’anthropologue Michel Herzfeld qui, en 1997, dans son intervention au colloque « Anthropology of the Mediterranean » de l’IDEMEC (Institut d’Ethnologie Méditerranéenne et Comparative de l’Université de Provence) avait critiqué le modèle de honor and shame, comme outil pertinent pour l’analyse anthropologique des sociétés méditerranéennes ; Herzfeld était surtout inquiet de l’image d’une Méditerranée traditionaliste, retardée et immobile dans le temps, que véhiculait cette approche. Il a repris cette critique sur un ton plus radical dans un article publié en 2005 ; dans ce texte, Herzfeld juge que la notion de la Méditerranée n’a plus aucune utilité. Horden lui a répondu par un article intéressant, où il refusait évidemment le rejet total du terme et proposait de mettre la Méditerranée dans le cadre de notre étude au lieu de la considérer comme cadre donné, c’est-à-dire, préciser chaque fois comment on utilise le terme ; il a rappelé à cette occasion que l’utilisation du nom d’une mer –Méditerranée- pour désigner les terres qui l’entourent était une « invention » des géographes allemands au XIXe siècle, et aussi français comme l’avait déjà démontré Daniel Nordman.

Le livre de Horden et Purcell a ravivé l’intérêt pour la Méditerranée ; en fait il fut porté par le courant de renouvellement historiographique de cette fin de siècle (à mon avis beaucoup plus fécond que les « tournants » que j’ai évoqués plus haut) qui était alimenté par une série de changements importants. Le premier est évidemment, dans le cadre de la mondialisation, l’intérêt pour l’histoire globale, qui pose aux historiens une série de problèmes concernant la manière et les méthodes d’envisager et d’intégrer les différentes régions du monde, et déjà La Méditerranée de Braudel offrait un modèle pour cela. Le deuxième est la critique de l’orientalisme et de l’eurocentrisme, qui ont longtemps pesé sur notre manière de penser. Ces changements d’optique ont notamment favorisé d’une part le développement des études du monde arabe et musulman et plus particulièrement celles de l’empire ottoman, et d’autre part ils ont permis de libérer notre regard sur la Méditerranée d’un comparatisme contraignant et de l’idée d’une influence européenne univoque.

L’historiographie ottomane en effet, après des débuts timides au cours des années 1960, lorsque les archives ottomanes sont devenues pour la première fois accessibles, débuts effectués par une petite équipe d’historiens qui s’intéressaient principalement aux origines de la République Turque, a connu un développement formidable à partir des années 1970, couvrant dorénavant l’ensemble des territoires de l’empire. Elle a réussi à produire des milliers de titres chaque année, et devenir le plus large domaine des études du Moyen Orient. Cette nouvelle historiographie ottomane a tourné le dos aux conceptions antérieures d’un empire pratiquement colonisé par l’Occident et contraint malgré lui de procéder aux réformes du XIXe siècle. Par rapport à l’image d’un empire en déclin après le XVIe siècle qu’avait façonnée Braudel (qui n’avait pas consulté des sources ottomanes), on peut parler d’un véritable changement de paradigme.

A cette occasion je passe à l’historiographie des siècles d’après Braudel, à savoir du 17e à nos jours, car c’est là que les effets de ces changements d’optique sont plus visibles. Suivant Braudel, mais aussi Immanuel Wallerstein, qui avait proposé au cours des années 1970 son modèle du système mondial de l’économie –paraphrasant en quelque sorte l’économie-monde braudélienne- dont le centre se serait déplacé de la Méditerranée vers la mer du Nord au XVI-XVIIe siècle et puis vers l’Atlantique, c’est l’ensemble de la Méditerranée qui avait été considérée comme condamnée au déclin au XVIIe siècle, parce que marginalisée, dégradée « du premier rang aux seconds rôles ». En conséquence, l’historiographie avait pratiquement négligé cette période de l’histoire méditerranéenne, attirée qu’elle était par le magnétisme des nouveaux centres du développement européen et mondial.

C’est d’abord la nouvelle historiographie ottomane –et celle du monde musulman plus généralement- qui a ébranlé ces certitudes. De cette bibliographie extrêmement riche, je voudrais évoquer deux ouvrages qui ont adopté une perspective méditerranéenne, ne serait-ce que partielle (le plus grand nombre de cette historiographie étant évidemment consacrée à l’empire elle-même ou à des pays particuliers à l’intérieur de celui-ci). Dans le premier, l’ouvrage collectif intitulé Money, Land and Trade. An Economic History of the Muslim Mediterranean (2002), certaines des idées-phares de la vision dominante des sociétés musulmanes sont mises en question, comme par ex. l’idée que les changements de ces sociétés, demeurées longtemps immobiles, ont dérivé uniquement du contact avec l’Occident, ou l’idée qu’il n’y avait pas de place pour l’individu ou pour la propriété privée dans celles-ci. Dans le second, ouvrage également collectif intitulé Braudel Revisited : the Mediterranean World 1600-1800 (2010), c’est surtout la Méditerranée orientale qui est visée par la plupart des contributions, qui réexaminent l’évolution de cette région au cours des XVIIe et XVIII siècle et en tirent des conclusions qui contredisent la thèse du déclin, tandis qu’un nombre plus restreint de contributions critiquent le peu d’intérêt qu’a montré Braudel pour Istanbul, ou son approche du monde paysan à travers une vision statique d’une histoire de longue durée.

Cette idée du déclin a été remise en cause pour l’ensemble de la Méditerranée par Faruk Tabak, The Waning of the Mediterranean, 1550-1870 (2008), qui a voulu « faire sortir de l’ombre les XVII et XVIII siècles » et reconstituer le destin commun de la Mer intérieur après la fin de ses jours de gloire. Il a maintenu que trois changements intervenus au cours de ces siècles ont été communs à l’ensemble de la région –à savoir le changement des cultures (passant du blé et du coton à l’olivier et la vigne), la diffusion des industries à domicile dans les campagnes et enfin le changement des routes commerciales. Par ces trois changements donc, l’activité économique n’a pas diminué dans la région, mais s’est en fait adaptée aux nouvelles conditions, tout en refaçonnant son environnement. Sur la même ligne de pensée, Molly Greene, travaillant dans le cadre de l’histoire maritime, a contesté les effets de l’ « invasion nordique » dont avait parlé Braudel (à savoir l’arrivée des Anglais et des Hollandais dans la mer intérieur) et montré que la montée d’un grand empire en Méditerranée orientale avait favorisé le commerce interne au dépens des routes internationales au XVIIe siècle et réorienté les réseaux marchands vers Istanbul. C’est seulement au XVIIIe siècle, selon Molly Greene que la balance a penché en faveur de la Méditerranée occidentale. En règle générale l’histoire maritime a contribué beaucoup au renouvellement d’une historiographie à l’échelle méditerranéenne, puisque par définition elle s’intéresse aux voyages et aux traversées des mers. Un autre exemple en est le volume collectif Trade and Cultural Exchange in the Early Modern Mediterranean: Braudel’s Maritime Legacy (2010), qui reconsidère la structure et l’organisation du commerce intra-méditerranéen, les rapports entre activités commerciales et militaires et enfin la course et l’esclavage, tout cela dans une Méditerranée dont les frontières englobent la Mer Noire et la « Méditerranée atlantique » -c’est-à-dire les côtes atlantiques, de Agadir jusqu’à Lisbonne.

De l’histoire maritime s’inspire aussi la seconde, après The Corrupting Sea, grande synthèse couvrant plusieurs millénaires d’histoire méditerranéenne, l’œuvre ambitieuse de David Abulafia, The Great Sea : A Human History of the Mediterranean (2011). L’accent est mis ici sur la traversée de la mer par les hommes et les femmes, par les peuples, sur les facteurs –économiques ou politiques- qui les ont poussés à le faire et les influences culturelles qu’ils ont exercé ainsi les uns sur les autres. Abulafia avait déjà en 2001 écrit que son but était d’étudier la Méditerranée en tant qu’histoire de rencontres humaines et avait proposé d’utiliser le terme Méditerranée pour d’autres mers du globe présentant ces caractéristiques, et parler ainsi de la Méditerranée du Nord, celle du Japon ou des Caraibes.

De ces études, concernant les périodes pré-industrielles, et grâce aux élaborations de leurs auteurs, émergent et se cristallisent les lignes directrices de notre conception actuelle de la Méditerranée, de ce que pourraient être ses caractères distincts : la connectivité, les réseaux, le mouvement, les contacts et échanges, faisant partie d’un système extrêmement compliqué. Cependant l’historiographie de l’ère industrielle (XIXe-XXe siècles) n’a pas produit d’ouvrage abordant la Méditerranée comme un ensemble. La Méditerranée de cette période a été conçue comme définitivement fragmentée, grâce au colonialisme européen et à l’affirmation des états-nations, et fut classée parmi les régions de la périphérie européenne retardataire. L’historiographie se cantonnait à l’intérieur des frontières nationales, et les historiens économistes de chaque pays cherchaient à mesurer l’écart qui le séparait des pays industriels et à en comprendre les causes.

L’unité, dans le domaine de l’histoire économique, a été recherchée à travers le comparatisme. C’est le cas de l’ouvrage collectif intitulé Growth and Stagnation in the Mediterranean World in the 19th and 20th centuries, publié en 1990. En examinant, surtout par des indices quantitatifs, l’évolution de l’économie de chaque pays, les auteurs ont voulu chercher les éventuelles convergences, les tendances communes. Ils ont ainsi démontré l’impact, sur tous les pays, des migrations, de l’insertion dans les réseaux financiers européens, et enfin de la mondialisation. Dix ans après un autre ouvrage collectif, The Mediterranean Response to Globalization before 1950, reste en partie fidèle à cette logique, en comparant divers indices du développement des différents pays –pour en conclure à leur divergence. La même conclusion est tirée –comme il fallait s’y attendre- par la comparaison des politiques économiques des différents pays. Cependant, une des cinq parties du livre, consacrée au commerce, aux productions et aux transports, finit par dégager quelques incidences communes de la globalisation de l’économie –notamment ses effets sur certains produits méditerranéens, comme l’huile d’olive ou les fruits, ou sur le développement de la navigation.

La finance a été un domaine où des réseaux et des comportements communs à travers les différents pays méditerranéens ont été assez tôt recherchés. Mais la domination des modèles européens ne laissait pas beaucoup de place pour ce qui pourrait être une spécificité méditerranéenne. Ainsi dans le volume collectif Banque et investissements en Méditerrannée à l’époque contemporaine (1982), il n’a pas été question que des grandes institutions bancaires, et non pas des marchands-banquiers qui étaient quand-même la règle dans les ports de la région jusqu’au XXe siècle avancé. Le récent ouvrage collectif Banking and finance in the Mediterranean n’échappe pas à ce défaut.

Je conclurai en me concentrant sur le problème de l’industrialisation, qui est mon domaine de spécialisation. Si on n’a pas non plus dans ce domaine des ouvrages synthétiques, pour l’ensemble de la Méditerranée, les idées et les approches ont changé et se sont enrichis. Des historiens comme Gérard Chastagnaret ou Charles Issawi ont ouvert des voies fécondes depuis longtemps déjà. La mondialisation et la découverte de l’extrême variété des voies à l’industrialisation, voire le succès, dans ce domaine, des pays classés au tiers monde jusqu’à hier, ont favorisé l’idée qu’il n’y a pas de raison pour sous-estimer des industries autres que celles qui se trouvent à la pointe des progrès technologiques –l’agroalimentaire, par ex., si répandu en Méditerranée. Il n’y a pas de raison non plus de sous-estimer les industries labour-intensive (basées sur une plus grande disponibilité du facteur travail en Méditerranée, probablement un autre caractère commun à l’époque contemporaine). La dimension écologique a été aussi introduite dans notre manière de penser depuis longtemps : Gyorgi Ranki avait indiqué dès les années 1970 l’importance, pour la perspective industrielle, de la nature des productions principales dont dispose chaque pays tout au moins au le XIXe siècle, en comparant deux pays méditerranéens (Grèce et Portugal) avec la Suède (la vigne et le raisin sec vs le bois). Grâce aux études récentes, on peut enrichir ce trait d’union écologique avec le secteur minier, dont le développement précoce en Méditerranée avait été plutôt négligé ; les réseaux, autre éventuelle spécialité méditerranéenne, ont joué un rôle dans ce secteur, le cas de la Compagnie Française des Mines de Laurium, avec ses ancrages en France, en Sardaigne et en Grèce, étant un bon exemple à cet égard. On pourrait inclure dans le champ des réseaux le cas de ces ingénieurs qui se déplaçaient dans tous les ports de la Méditerranée orientale en y laissant leur emprunt sur les travaux d’infrastructure mais aussi sur les bâtiments. Enfin, la persistance, partout dans le monde, des petites entreprises familiales, voire le succès de ce qui a été appelé la « Troisième Italie » à une période toute récente, ont déculpabilisé ce type d’entreprises, modèle commun et dominant en Méditerranée, et ont définitivement (ou, tout au moins je l’espère) détrôné le modèle de la grande entreprise à l’américaine, considérée par Alfred Chandler comme agent unique de développement industriel. Il me semble donc que nous avons à présent pas mal de suggestions et incitations pour tenter une histoire de l’industrialisation en Méditerranée aux XIXe et XXe siècles.