Colloque international « La question du religieux dans les pays arabes et musulmans »

Le Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle, partenaire algérien du réseau RAMSES, l’Université Ahmed Ben Ahmed Oran 2 (Algérie) et le Centre d’études et de recherches économiques et sociales CERES (Tunisie) lancent un appel à contributions pour le colloque « La question du religieux dans les pays arabes et musulmans ». Cette rencontre aura lieu au siège du CRASC (Oran, Algérie), les 7 et 8 décembre 2016.

Les propositions de communication pourront être envoyées avant le 10 novembre 2016, à l’adresse : colloque.religieux2016 [a] crasc.dz.

*******

La question du religieux est d’actualité dans le Monde arabe et musulman. Cette actualité n’est pas seulement liée aux conflits et aux différentes crises qui agitent bon nombre des Etats ou aux récurrents actes de terrorisme commis au nom de la religion. Elle tient aussi à la part de plus en plus prégnante du discours religieux dans la vie sociale, culturelle et institutionnelle dans son expression la plus radicale et la plus violente. Les Etats Arabes et musulmans tout comme, du reste, l’ensemble de la communauté internationale semblent prendre progressivement conscience de ce phénomène et de ses effets sur leur stabilité et leur sécurité mais également des risques qu’il fait peser sur la cohésion sociale de manière plus générale.

Pour autant, la recherche universitaire demeure, et pour cause, relativement embryonnaire sur le sujet et en décalage eu égard à la réalité du problème dans ses dimensions sociale, culturelle, institutionnelle….

A partir de ces trois niveaux d’analyse, l’idée est de susciter le débat universitaire pour tenter de comprendre comment se situe la question du religieux dans son rapport à la question de la modernité, au patrimoine et à la tradition. Procéder en quelque sorte, dans une perspective cognitive à un état des savoirs et à un état des problématiques sur la question.

D’abord au niveau culturel, une recherche critique de l’histoire et du patrimoine est nécessaire. Le but étant de se réconcilier avec soi-même avant d’asseoir la cohabitation avec l’Autre.

Ensuite, l’évolution de la société, sa complexité et sa diversité nécessitent l’adoption de nouvelles normes et règles sociales à même d’assurer la coexistence pacifique entre individus et entre groupes sociaux.

Enfin, au niveau politique, l’idée est de situer le statut du religieux dans l’ordonnancement institutionnel pour cerner le rôle de l’Etat vis-à-vis de cette question en ayant à l’esprit les spécificités de l’islam et les exigences de la citoyenneté. Aussi, les groupes sociaux et les orientations idéologiques et/ou confessionnelles différenciées se doivent de trouver un modus vivendi indispensable à la création d’un espace public qui s’étendrait à tous les citoyens.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *