Atelier doctoral d’Athènes : clôture

Les deux derniers jours de l’atelier doctoral (Jeudi 12 – Vendredi 13 mai 2016) ont été partagés entre l’École française d’Athènes et la Fondation Nationale de la Recherche Scientifique. Les doctorants du dernier groupe (Er. De Lange, Al. Laliberté de Gagné, An. Sekulic, Ev. Zarokostas) ont présenté leurs recherches qui portaient sur la question de « La gouvernance impériale en Méditerranée ». Les participants ont tenté d’examiner les techniques d’administration et les réactions des grandes puissances de la région, tels que l’Empire ottoman et l’Empire britannique, en relation avec la religion, le problème de la piraterie, la culture et l’identité.

L’historienne, spécialiste en Histoire maritime, de l’Université Ionienne, Gelina Harlafti, a présenté les résultats d’un grand projet interdisciplinaire et interuniversitaire sur la Mer Noire qu’elle avait coordonné. Le projet, qui a duré de 2012 en 2015, a été financé à la fois par le volet grec du Cadre communautaire d’appui de l’Union Européenne et le ministère de l’Education nationale. Le projet a été mené par le Département d’histoire de l’Université Ionienne en collaboration avec l’Université de Crète, la Fondation Nationale de la Recherche Scientifique, l’Institut d’études méditerranéennes, l’Université de Thessalie et l’Université de l’Égée. Il a également collaboré avec 23 institutions universitaires des pays de la mer Noire, comme la Turquie, la Bulgarie, la Roumanie, l’Ukraine, la Russie et la Géorgie, ainsi que la Moldavie, la Norvège, l’Italie, l’Israël et les États-Unis. L’équipe scientifique était composée de 19 chercheurs et collaborateurs externes et de 71 chercheurs grecs et étrangers. L’objectif du projet était l’identification, l’analyse et la synthèse du développement économique et social des 24 villes portuaires de la mer Noire qui ont formé un marché intégré et une zone d’exportation du 19ème siècle jusqu’au début du 20ème siècle.

Les activités de jeudi 12 mai ont été conclues avec une table ronde sur « Les réseaux de recherche en sciences humaines, en Méditerranée ». Le secrétaire général de la Recherche et de la Technologie Thomas Maloutas, Taxiarchis Kolias (directeur de l’IRH/FNRS), Alexandre Farnoux (directeur de l’ ÉfA), Brigitte Marin (directrice, MMSH-LabexMed) et Stavros Lazaris (Labex RESMED), sous la direction de Nikos Karapidakis (directeur des Archives Générales de l’État), ont présenté l’état des lieux des partenariats de recherche sur la Méditerranée jusqu’à présent, les défis pour la communauté scientifique et les perspectives de collaboration.

5-conf-finale

Les participants de la table ronde à l’amphithéâtre de la FNRS

 Le vendredi, les participants ont visité le site de la nouvelle Bibliothèque Nationale, à Phaliro, qui va ouvrir ses portes au public au cours de juin 2016.

6-maquette-bibliotheq

La maquette de la Bibliothèque Nationale et de l’Opéra, à Faliro

La nouvelle Bibliothèque Nationale de la Grèce est située dans un tout nouveau parc culturel, contenant aussi le nouvel Opéra national, conçu et dessiné par l’architecte Renzo Piano et financé par la Fondation Stavros Niarchos. Le projet vise à reconquérir le front méditerranéen et Athènes du 21ème siècle.

Enfin, les organisateurs avaient demandé aux doctorants de préparer par groupe des activités communes, présentées lors de la clôture de l’atelier, le vendredi 13 mai. Le sujet de l’activité était une étude de cas portant sur la conception théorique, la gestion budgétaire et l’organisation administrative d’un projet scientifique et des manifestations culturelles qui pourraient avoir lieu au Mucem à Marseille.

Crédits photographiques pour le billet : © Ourania POLYKANDRIOTI

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *