Atelier doctoral d’Athènes : compte-rendu des premières journées

Du 9 à 13 mai 2016, fut organisé à Athènes l’ atelier thématique d’études doctorales « Repenser la Méditerranée: Questions d’histoire et d’historiographie en Méditerranée orientale » ; c’était le produit de la collaboration entre l’École Française d’ Athènes (EFA) et la Fondation Nationale Hellénique de la Recherche Scientifique (IIE-EIE), dans le cadre du réseau RAMSES (Réseau des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée) soutenu par la Fondation A*MIDEX. L’atelier constituait une opportunité unique pour 15 doctorants d’origine française, turque, italienne, néerlandaise, américaine, grecque, canadienne, croate et polonaise de présenter leur recherche sur la région méditerranéenne. Les doctorants ont pu bénéficier des commentaires et conseils sur leurs travaux de la part des chercheurs universitaires grecs participant aux travaux ainsi que du comité scientifique.

1-membres-comite-stfq

L’atelier «Repenser la Méditerranée» était consacré à la discussion des recherches doctorales portant sur des questions d’histoire et d’historiographie en Méditerranée. La question principale posée par l’atelier portait sur le rôle et l’apport particulier de la Méditerranée, en tant que notion géopolitique, socio-culturelle et économique, en tant que concept épistémologique, en tant que catégorie d’analyse et de synthèse, dans le cadre des sujets de thèse à la fois différents et convergents. L’atelier multipliait les prises de vue en associant des approches bottom-up comme top-down.

Les doctorants étaient repartis en quatre groupes de travail, selon leur sujet de thèse. Cette répartition en groupes thématiques a permis une discussion fructueuse et a facilité l’échange d’idées sur des sujets analogues.

2-premier-gp-etudiants

Le premier jour de l’atelier a eu lieu au sein de l’ÉfA et il était consacré au sujet « La mer et la ville en Méditerranée » (Chr. Austruy, Chr. Kyriakopoulos, Aud. Maret, Nell. Pares). Venise, Méthoni, Koroni, Marseille et la côte d’Azur étaient à l’honneur. Les activités maritimes, la fonction des frontières et les grands centres de commerce et d’idées ont été discutées de façon exhaustive discutés amplement par la dizaine d’universitaires assumant la fonction de discutant. Les activités de la journée ont été suivies par la conférence inaugurale présentée par le directeur de recherches de l’Institut de Recherches Historiques de la FNRS Georges Tolias, sur les « Méditerranées égéennes ».

Les travaux de la deuxième journée ont eu lieu à la FNRS. Les participants ont présenté leurs recherches sur « Le temps impérial en Méditerranée » (L. Carminati, Sus. Ferguson, Ahm. Gencturk, M. Ghazarian) et « Expressions et représentations en Méditerranée » (Asl. Gunhan, M. Rouhana, Kr. Usakiewicz, L. Zeghmar), en touchant sur des questions de migration, de sectarisme et d’identité culturelle. Une fois de plus les débats qui ont suivi les présentations furent à la fois animés et exhaustifs grâce à la contribution des chercheurs de la FNRS et d’universités grecques présents.

Finalement, une contribution importante à l’atelier était la présentation des activités du Centre National de Documentation, et notamment des projets sur les humanités numériques, par Dr Victoria Tsoukala, qui a particulièrement insisté sur les possibilités de publication offertes aux jeunes chercheurs. Un grand nombre de notions juridiques liées au concept «open access » ont été expliquées et les participants ont pu découvrir divers sites utiles pour la publication de leur recherche. Selon Dr Tsoukala, le libre accès à la production scientifique s’avère être un enjeu essentiel pour le développement futur de la recherche scientifique.

Anastasia Tsougka

Candidat MA en études européennes du sud-est, Département de Science Politique et Administration Publique, Université d’Athènes

Crédits photographiques pour le billet : © Ourania POLYKANDRIOTI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *